Investissement, Impôt, recherche scientifique, classe moyenne… ce que propose l’USFP

Par L'Economiste| Le 27/08/2021 - 13:06 | Partager
Investissement, Impôt, recherche scientifique, classe moyenne… ce que propose l’USFP

L'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) s'engage, dans son programme pour les élections du 8 septembre, à renforcer la classe moyenne et à développer et promouvoir l'investissement national, à même de permettre un accroissement régulier et productif des taux de croissance et d'emploi.

Dans son programme électoral qui couvre plusieurs volets, le parti de la Rose affirme avoir mis l’accent sur le renforcement de la classe moyenne et la lutte contre la précarité "afin de soutenir le développement économique et promouvoir la paix sociale. La formation politique propose à ce sujet de relever la tranche de revenus exonérés d'impôt de 30.000 à 50.000 DH, de revoir la TVA afin d'augmenter le pouvoir d'achat et de créer une classe moyenne dans le monde rural. L’objectif est également de mettre en œuvre une offre de logement « adaptée aux personnes à revenu moyen", ainsi que d'améliorer les services publics tels (santé, éducation, services, divertissement).

Concernant l’investissement, la formation politique estime qu’une enveloppe de 100 à 120 milliards de DH doit être injectée dans un plan d’investissement public, "afin de renforcer les infrastructures sociales de base et avancées". Le programme proposé met aussi l’accent sur l’orientation du capital national vers les secteurs innovants et générateurs d'emplois… outre, la consolidation de la dette publique intérieure « en mobilisant une partie de l'épargne nationale et en créant un grand emprunt national".

Sur le plan fiscal, la formation de la Rose entend "adopter un système fiscal juste et équitable pour favoriser le développement économique". Elle propose en ce sens l'introduction de nouvelles tranches d'imposition pour les revenus les plus élevés, l'élargissement de l'assiette fiscale pour réduire la pression fiscale, la criminalisation de l'évasion fiscale, le développement des ressources des collectivités territoriales, outre l'encadrement du pouvoir discrétionnaire de l'administration fiscale et la neutralité totale de la TVA.

Enfin, l'USFP propose d'augmenter les dépenses publiques relatives à la recherche scientifique et de les porter à 2,5% du PIB au lieu de 0,7% actuellement.