×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    Crowdfunding : Les nouvelles réglementations, une aubaine pour les startups

    Par L'Economiste| Le 09/07/2018 - 06:51 | Partager
    Crowdfunding : Les nouvelles réglementations, une aubaine pour les startups

    Les nouvelles réglementations sur le financement participatif (crowdfunding) vont stimuler le secteur des startups au Maroc, indique Oxford Business Group (OBG) dans une récente analyse. Le Royaume s’est en effet doté d’un projet de loi établissant la réglementation en matière de crowdfunding pour les investisseurs et les entreprises. Ce texte prévoit notamment trois formats de financement, à savoir le prêt avec ou sans intérêt, le don direct et l’investissement avec acquisition de parts dans la société par le bailleur de fonds. Pour OBG, il permettra d’apporter une plus grande transparence et surveillance des activités liées au crowdfunding. C’est Banque Al Maghrib (BAM) qui sera chargée de superviser les prêts entre particuliers ainsi que le financement par dons. De son côté, le ministère de l’Economie et des Finances s’occupera des investissements ou des activités de crowdfunding en capitaux propres.

    Dans le détail, le texte limite à 5 millions de DH le montant des fonds versés pour chaque collaboration ou projet financé au travers du crowdfunding. Il propose aussi plusieurs dispositions concernant les modèles financiers possibles, qu’ils soient islamiques ou conventionnels, sans intérêt ou avec participation aux bénéfices. Avec l’approbation du projet de loi, une nouvelle source de financement sera offerte aux entrepreneurs, aux start-ups ainsi qu’aux autres petites entreprises, "dont de nombreuses ne parviennent qu’avec difficulté à obtenir des capitaux par le biais des canaux traditionnels", souligne le cabinet.

    "Fès pourrait bien figurer parmi les gagnants de cette nouvelle donne", à en croire OBG. Cette ville, qui peut déjà compter sur un fort ancrage des TIC, est aussi un grand pôle d’enseignement supérieur et d’ingénierie. D’où un potentiel d’attraction des investisseurs selon Amine Zarouk, directeur de la filiale Maroc d’ALTEN, groupe français spécialisé dans l'ingénierie et les services TIC ainsi que la conception de réseaux.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc