×
Entente
Entente Par Khalid BELYAZID
Le 29/09/2022

Les complotistes sont dé­çus. Dans le dernier avis du Conseil de la concurrence, on ne trouve pas trace de réunions secrètes des pétroliers pour s’en­tendre sur les prix... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Crédit du Maroc booste son RNPG

Par L'Economiste| Le 05/05/2022 - 09:05 | Partager
Crédit du Maroc booste son RNPG

Crédit du Maroc boucle le premier trimestre sur une note positive. La banque a réalisé, à fin mars 2022, un produit net bancaire consolidé de 647,9 millions de DH, en hausse de 6,3 % par rapport au premier trimestre 2021. La marge nette d’intérêt progresse ainsi de 6,8 % à 498,7 millions de DH profitant de la dynamique commerciale ainsi que de l’optimisation continue du coût de la ressource, explique CDM. Quant à la marge sur commissions, elle est quasiment stable (-0,2 %) à 113,7 millions de DH. Le résultat des opérations de marché enregistre, de son côté, une progression de 21,2 % à 62,0 millions de DH, bénéficiant de la bonne performance de l’activité de change.

Le Groupe enregistre en outre un résultat brut d’exploitation progresse de 295 millions de DH, en croissance de 4,1%, "intégrant des charges générales d’exploitation en hausse de 8,2 %". Celles-ci comprennent une hausse de 11,1 % des amortissements en lien avec la poursuite des investissements menés par la banque dans le cadre de son projet d’entreprise “Tajdid 2022”, explique la Banque.

CDM boucle le trimestre avec un résultat net part du groupe (RNPG) de 134,5 millions de DH, en hausse de 46,5 % par rapport au premier trimestre 2021. Une performance qui s’explique par le "bon" dynamisme commercial et l’amélioration "notable" du coût du risque.