×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Flash

Covid19: Deux projets de l’Université privée de Fès retenus par le CNRST

Par L'Economiste| Le 21/05/2020 - 18:48 | Partager
Covid19: Deux projets de l’Université privée de Fès retenus par le CNRST

La recherche scientifique est l’une des priorités de la stratégie de développement de l’Université Privée de Fès (UPF). Elle constitue, d’une part, le pilier primordial de l’ancrage régional et national de l’université, et d’autre part, un élément fondamental de son rayonnement et sa renommée à l’international. C’est la conviction de Mohamed Aziz Lahlou, président de l’UPF, qui vient d’être sélectionnée pour mener des projets de recherche sur le Covid-19.

«Deux projets de recherche de notre université viennent d’être retenus. Ils seront financés dans le cadre du programme de soutien à la recherche scientifique et technologique Covid-19 lancé par le ministère de l’Éducation Nationale, et le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST)», annonce Lahlou. Il s’agit, selon lui, d’une «consécration» qui intervient à l’issue d’un processus de soumissions de projets, à travers des pôles universitaires régionaux. Lesquels ont constitué un écosystème de recherche multidisciplinaire, réactif et capable d’initier et de développer des études et des recherches appliquées. Relever les défis de Covid-19 et répondre aux questions et besoins de la société marocaine en matière de recherche et d’innovation, ne sont pas en reste. Pour y parvenir, les chercheurs du pôle universitaire des régions Fès-Meknès, l'Oriental, Drâa-Tafilalet comprenant en plus de l’UPF, les universités USMBA, UMI, AUI, UMP et UEMEF ainsi que l’Ecole nationale d’architecture de Fès et l’Ecole nationale d’agriculture de Meknès, ont répondu massivement à ce programme. Ils ont ainsi soumissionné plusieurs projets de recherche, dont 56 ont été très fortement recommandés par le pôle parmi lesquels figurent 4 projets de l’UPF. Après évaluation par les experts du CNRST, 16 projets de recherche, dont 2 projets portés par l’UPF, ont été retenus pour financement dans le cadre de ce programme.

«Ce qui permettra ainsi à notre université de réaliser la meilleure performance en pourcentage de projets retenus (2/4)», se réjouissent les responsables de l’université. «A travers ces projets de recherche, l’UPF vise une production de connaissances scientifiques originales se basant sur des approches multidisciplinaires permettant de traiter plusieurs aspects et impacts de cette pandémie», expliquent-ils.

Mené sous l’intitulé «Les conséquences du confinement sur la conception et l’usage des espaces domestiques : cas de l’habitat social au Maroc», le premier projet vise à mettre en lumière les limites du logement social au Maroc et ses problématiques amplifiées par la dernière pandémie Covid-19. Il est porté par Dr. Ahmed Laaroussi, en collaboration avec des chercheurs des différents établissements du pôle 4, ce projet «s’attèlera à démonter qu’une autre approche est possible pour penser différemment le logement social au Maroc». En d’autres termes, il s’agit de proposer de nouvelles formes d'habiter à l’épreuve du confinement et de la distanciation sociale. Ainsi, ce projet proposera un nouveau modèle du logement social post Covid pour le Maroc, permettant un glissement de paradigme de l’habitat vers l’habitant.

Pour sa part, le deuxième projet dessinera le «plan de relance de la chaine de valeur» pour les régions de Fès-Meknès et l’Oriental. Présenté par Pr. Brahim Belgaid, responsable scientifique du projet, avec une équipe de 8 chercheurs, ce projet vise à préparer des livrables qui seront opérationnalisés, des stratégies pratiques que les entreprises peuvent mettre en œuvre (plans de relance, choix des secteurs, mesures d’accompagnement bancaires et fiscales, dopage de la demande intérieure, investissement dans l’import substitution,etc). Cette recherche se démarquera aussi par des prescriptions théoriques pour présenter des plans d’action empiriques et techniques destinés à promouvoir les leviers de la croissance. «Elle sera axée sur la reprise d’activité et de l’ouverture de nouveaux créneaux de compétitivité pour notre industrie nationale qui va créer plus de valeur…du moment que sans industrie, il n’y a pas de création de valeur, et sans cette création il n’y a pas de croissance et de création d’emplois», conclut Belgaid.

Mobiliser les universitaires

La mobilisation de la communauté scientifique au niveau du pôle universitaire autour de la recherche sur le Covid-19 entend répondre aux questions et besoins de la société marocaine en matière de recherche et innovation. Former des équipes scientifiques mixtes et impliquer des chercheurs de nombreuses universités du pôle figurent parmi les objectifs de ce chantier. Signalons enfin que les chercheurs du pôle universitaire ont répondu massivement à ce programme par la soumission de 128 projets de recherche. Lesquels impliquent la majorité des universités visant une production de nouvelles connaissances scientifiques originales, avec des approches multidisciplinaires susceptibles de traiter tous les niveaux et tous les aspects de cette pandémie.

Y.S.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc