×
Starting-blocks
Starting-blocks Par Mohamed Ali Mrabi
Le 25/11/2022

Au milieu de toute crise se trouve une grande opportunité. L’expression prend tout son sens avec l’énorme gisement de croissance qu’offre la filière de l’... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Covid-19: Ce qu'il faut savoir sur le Molnupiravir

Par L'Economiste| Le 09/01/2022 - 11:26 | Partager
Covid-19: Ce qu

Le Maroc a approuvé l'usage d'urgence du Molnupiravir pour le traitement du Covid-19. Le Royaume est l'un des premiers pays au monde à validé l'usage de ce médicament du laboratoire américain Merck. 

Le Molnupiravir est un “antiviral” utilisé pour le traitement des cas légers à modérés du Covid-19, chez les adultes qui ont au moins un facteur de risque de développer une maladie Covid grave, à l’instar des personnes âgées de 60 ans et plus, les personnes diabétiques, les personnes qui souffrent de l’hypertension artérielle et celles souffrant de l’obésité, a souligné samedi le médecin chercheur en politiques et systèmes de santé, Tayeb Hamdi.

Pour cet expert,l’efficacité finale de ce médicament permet de faire éviter trois hospitalisations sur dix, si pris à temps. S’agissant de la dose recommandée, le chercheur a expliqué qu’elle correspond à quatre gélules, à prendre de façon régulière deux fois par jour pendant 5 jours. Le médicament est toutefois contre-indiqué chez les personnes qui ont une allergie au Molnupiravir ou à l’une de ses composantes, les femmes enceintes ou susceptibles de l’être. Il n'est pas aussi recommandé aux femmes allaitantes et aux enfants de moins de 18 ans.

Le Molnupiravir peut aussi présenter plusieurs  effets indésirables, tels que la diarrhée, la nausée, le vertige et les céphalées. Il constitue une plus value dans la riposte contre la pandémie, "mais loin d’être une solution magique", selon Tayeb Hamdi.