×
Trou noir
Trou noir Par Mohamed Ali Mrabi
Le 01/03/2024

Pour les partis politiques, «le compte n’est pas bon»! Contrairement aux slogans sur la moralisation et la préservation des deniers publics, brandis lors des... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter

COP28 : Baraka expose la stratégie marocaine pour faire face à la pénurie d’eau

Par L'Economiste| Le 11/12/2023 - 12:56 | Partager
COP28 : Baraka expose la stratégie marocaine pour faire face à la pénurie d’eau

Le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a présenté, dimanche à Dubaï, la stratégie intégrée du Maroc pour faire face à la pénurie d’eau consécutive à la succession des années de sécheresse et son impact sur la mobilisation des eaux potables et d’irrigation.

Lors de son intervention à un événement de la Banque Mondiale sous le thème « Les solutions à la pénurie d’eau dans la région MENA », le ministre a relevé que le Royaume a mobilisé « suffisamment » d’eau pour approvisionner 2,7 millions de personnes dans les zones rurales. Il a toutefois relevé que l’insuffisance des eaux dans les périmètres irrigués a eu un impact sur la production agricole, mais aussi sur les prix et le pouvoir d’achat des citoyens. Le Royaume a également développé « une véritable stratégie intégrée », dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI a défini les axes importants, a précisé M. Baraka. Cette stratégie porte notamment sur la réalisation des barrages, dont la capacité de stockage s’élève aujourd’hui à environ 20 milliards de m3 et devant atteindre bientôt 27 milliards de m3.

En outre, l’accent sera mis sur développement des eaux non conventionnelles, à travers notamment un plan de dessalement de l’eau de mer, grâce à la construction d’une dizaine de nouvelles stations qui porteront la capacité de production de 140 millions de m3 à 1,5 milliard de m3 d’ici 2030, a précisé Baraka. À noter que ces usines fonctionneront avec des énergies renouvelables, ce qui permettra de réduire le prix de production. Par ailleurs, le ministre a fait état de l’ambition du Maroc de tripler la capacité de réutilisation entre 2021 et 2027, et mis en exergue le développement du transfert des eaux des bassins excédentaires à ceux déficitaires (Autoroutes de l’eau).