×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    Confinement: Un accès aux services de santé plus difficile chez les ménages dirigés par des femmes

    Par L'Economiste| Le 24/02/2021 - 10:15 | Partager
    Confinement: Un accès aux services de santé plus difficile chez les ménages dirigés par des femmes

    Selon une nouvelle enquête du HCP, les ménages dirigés par les femmes ont rencontré plus de difficultés pour bénéficier des services de santé durant le confinement sanitaire.

    "Avant même de naitre, les enfants issus de familles dirigées par des femmes vivent une situation d’inégalité des chances aggravée par la crise", indique le HCP dans son enquête auprès des ménages sur l’impact économique, social et psychologique de la pandémie COVID-19. L’écart d’accès aux soins de santé reproductive, entre ces ménages, est encore plus significatif lorsqu’ils résident en milieu rural. Il existe ainsi une différence de 46 points de pourcentage (17% pour les chefs de ménages femmes contre 63% pour les chefs de ménages hommes), souligne le HCP. En milieu rural, cet écart reste d’ailleurs plus prononcé.

    Ainsi, dans les ménages dirigés par les hommes, il y a près de deux fois plus de chances d’accéder aux services de soins prénatals et postnatals que pour les membres des ménages dirigés par des femmes (69% contre 37%). Cet écart s’explique par le fait que les ménages dirigés par les hommes disposent de plus de moyens pour permettre aux femmes qui en relèvent d’être conduites aux dites unités. Concernant la vaccination, l’enquête relève également une différence de 17 points de pourcentage, soit respectivement 57% contre 40%. Cet écart se produit aussi selon le niveau scolaire du chef de ménages.

    Ainsi, au sein des ménages où tous les membres n’ont aucun niveau d’études, il y a moins de chances d’accès aux services de santé reproductive pour les membres des ménages dirigés par des femmes (49%) par rapport à ceux dirigés par des hommes (65%).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc