×
«Tounés»
«Tounés» Par Abouammar Tafnout
Le 12/08/2022

Ce fût un temps où on nous chantait les louanges du «modèle tunisien», qui allait montrer l’exemple et démocratiser ce que l’administration américaine appelle zone Mena... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Casablanca/ Rabat : Ce que coûte l’éclairage public

Par L'Economiste| Le 14/03/2019 - 11:03 | Partager
Casablanca/ Rabat : Ce que coûte l’éclairage public

Le maire de Casablanca Abdelaziz El Omari a relevé la nécessité de décliner la Stratégie nationale de développement durable au niveau territorial. "C’est justement le rôle des territoires et des villes", a-t-il dit lors de 5e édition des rencontres africaines de l’efficacité énergétique, tenue mercredi sous le thème "l’éclairage public et smart cities". El Omari a en ce sens souligné que la ville de Casablanca s’acquitte d’une "facture de 150 millions de DH rien que pour l’éclairage public". Pour ce qui est de la ville de Rabat, le Maire Mohamed Sadiki indique que "nous n’avons pas encore pris la décision sur le modèle de gestion de ce domaine énergivore", précisant que la facture se chiffre à 85 millions de DH.

Lors de ces rencontres, le ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, a appelé les villes à revoir leurs systèmes d’éclairage public pour garantir davantage d’efficacité énergétique (EE). Rabbah a cité l’exemple du transport, premier consommateur de l’énergie en particulier celle fossile (environ 38%), ainsi que du bâtiment (presque 32%), estimant que l’instauration de cette logique de durabilité nécessite de commencer notamment par des "triggers", des "success stories" et des niches où il y a moins de contraintes et plus de possibilités.

Il a, par ailleurs, souligné qu’il est important de repenser les sociétés de développement local (SDL) pour qu’elles soient plus larges et couvrent un marché vaste leur permettant de négocier l’approvisionnement à moindre coût. "En Allemagne, 40% des citoyens utilisent des solutions propres. Ce taux est de 25% en Espagne", a-t-il expliqué, relevant qu’au Maroc, des dizaines de milliers d’agriculteurs commencent à utiliser des solutions d’efficacité énergétique.