×
Thermomètre
Thermomètre Par L'Economiste
Le 18/07/2024

Il a été pendant de longues années un grand sujet douloureux: le projet de loi sur la grève, ballotté sur fond d’un triangle gouvernement-patronat-syndicats qui... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter

Boeing : le patron admet la "gravité" de la situation devant le Sénat

Par L'Economiste| Le 19/06/2024 - 11:21 | Partager
Boeing : le patron admet la "gravité" de la situation devant le Sénat

Le patron de Boeing Dave Calhoun a reconnu, mardi, la "gravité" de la situation concernant la qualité de la production du constructeur américain, assurant devant une commission d'enquête du Sénat, que des progrès avaient d'ores et déjà été effectués. Le témoignage de Dave Calhoun intervient après les crashes de Boeing 737 MAX 8 en 2018 et 2019, ainsi que d’autres incidents, dont le dernier remonte au 5 janvier dernier, lorsqu'un 737 MAX 9, livré en octobre à la compagnie Alaska Airlines, a perdu en vol une porte-bouchon -opercule condamnant une issue de secours redondante.

Plusieurs proches des victimes des crashes de 2018 et 2019 ont brandi des photos de leurs disparus. Au début de son témoignage, M. Calhoun s'est levé, a fait volte-face et présenté des excuses "au nom de tous les employés de Boeing à travers le monde, passés et présents, pour (leurs) pertes". "Je m'excuse pour le chagrin que nous avons causé, et je veux que vous sachiez que nous sommes totalement mobilisés, en leur mémoire, à travailler et à nous concentrer sur la sécurité aussi longtemps" que nécessaire. "C'est un défaut de fabrication. Cela a créé un avion dangereux", a-t-il admis, en faisant référence à l’incident du 5 janvier 2024.

Selon l'Agence américaine de sécurité des transports (NTSB), plusieurs boulons d'attache n'avaient pas été remis en place après une intervention sur la chaîne d'assemblage. Boeing cumule, depuis de longs mois, des problèmes de production et de qualité sur ses avions commerciaux (737 MAX, 787 Dreamliner et 777).

"C'est une culture qui continue de donner la priorité aux bénéfices, de pousser les limites et d'ignorer ses employés", a dénoncé le sénateur démocrate Richard Blumenthal, président de la commission d'enquête. Les promesses faites par Boeing après les crashes -qui ont fait 346 morts- n'ont été que des "coquilles vides".