×
 Merci!
Merci! Par Meriem OUDGHIRI
Le 07/12/2022

L’Histoire s’est écrite sous nos yeux. Celle qui a fait soulever tout un peuple. Celle qui a donné de l’adré­naline. Celle qui a montré la combativité et le souffle d’une... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Baisse de la masse monétaire au T2

Par L'Economiste| Le 30/09/2022 - 14:08 | Partager
Baisse de la masse monétaire au T2

La croissance annuelle de l'agrégat monétaire M3 s’est établie à 4,9% au deuxième trimestre 2022 après 5,7% un trimestre auparavant, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Cette décélération traduit une accentuation de la baisse des dépôts à terme de 2,3% à 8,8%, avec notamment un repli des dépôts des agents financiers de 30,3%, après une hausse de 8,4%, et un recul de ceux des ménages de 7,8%, après celui de 9%, explique BAM dans son rapport sur la politique monétaire, publié à l'issue de la troisième réunion trimestrielle de son conseil au titre de cette année.

Dans le même sens, le rythme d’accroissement des dépôts en devises est revenu de 12,6% à 8,3% et celui des titres des Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) monétaires de 12,6% à 3,1%, ajoute la même source. En revanche, les dépôts à vue ont vu leur accroissement s’accélérer de 7,5% à 7,8%, recouvrant essentiellement une amélioration de la progression de 6% à 7% des dépôts des ménages et un ralentissement de 12,5% à 4% pour ceux des agents financiers, note BAM.

En parallèle, la croissance de la monnaie fiduciaire est passée de 6,8% à 8,2% au titre de la même période. Par principales contreparties, l’évolution de la masse monétaire recouvre une décélération de 19,8% à 15,4% de l’accroissement des créances nettes sur l’administration centrale, une accélération de 7,7% à 8,3% de celle des avoirs officiels de réserve et une quasi-stabilité à 3,6% pour le crédit bancaire.