×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Flash

Baisse de la demande intérieure au T3-2020

Par L'Economiste| Le 31/12/2020 - 09:53 | Partager
Baisse de la demande intérieure au T3-2020

La demande intérieure s’est contractée de 6,6% au troisième trimestre 2020, au lieu d’une hausse de 2,2% au cours de la même période de l’année précédente, avec une contribution négative à la croissance de -7,1 points, selon le Haut-Commissariat au plan (HCP).

Les dépenses de consommation finale des ménages ont ainsi connu un fort repli de leur taux d’évolution passant d’un accroissement de 1% au troisième trimestre 2019 à un recul de 10,5% au même trimestre de cette année, précise le HCP dans une note d’information sur la situation économique nationale au T3-2020. De son côté, la formation brute de capital fixe (FBCF) a affiché une forte diminution à -9,8%, alors que la consommation finale des administrations publiques a augmenté de 6,4%, avec une contribution à la croissance de 1,2 point, fait savoir la même source. Au niveau des échanges extérieurs de biens et services en volume, aussi bien les exportations que les importations ont enregistré des fortes baisses durant le troisième trimestre de 2020, relève le HCP.

Les exportations de biens et services ont affiché un recul de 13,7% au T3-2020, avec une contribution négative à la croissance de -5,4 points et les importations ont connu une baisse de 11,3%, avec une contribution positive de 5,4 points. Avec la baisse du PIB aux prix courants de 6,9% et la hausse de 41,7% du taux d’accroissement des revenus nets reçus du reste du monde, le revenu national brut disponible a accusé un repli de 4,8%.

Ladite note fait également ressortir que l’épargne nationale s’est située à 26,9% du PIB et ce, compte tenu de la baisse de -5,8% de la consommation finale nationale en valeur, alors que l’investissement brut (formation brute du capital fixe et variation des stocks) a représenté 27% du PIB. Et de conclure que le besoin de financement de l’économie nationale s’est ainsi allégé à 0,1% du PIB.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc