×
Pari
Pari Par Mohamed Ali Mrabi
Le 26/09/2022

S’il y a un pari que le Maroc ne doit pas perdre, c’est bien celui de l’hydrogène vert. A l’ère de la «finitude des ressources», le développement de ce type d’énergie peut... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Automobile: malgré la pandémie, le Maroc a exporté 80 milliards de dirhams en 2020

Par L'Economiste| Le 19/05/2021 - 13:31 | Partager
Automobile: malgré la pandémie, le Maroc a exporté 80 milliards de dirhams en 2020

Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a souligné, mardi à Tanger, la capacité du Maroc à produire des véhicules de haute qualité, avec un taux d’intégration de 60%.

Elalamy a fait savoir que le secteur automobile a exporté 80 milliards de dirhams en 2019 et environ le même montant en 2020, malgré la pandémie, notant que l’automobile est le premier secteur exportateur du Maroc. "C’est également le premier secteur en termes de valeur ajoutée", a-t-il fait savoir à l’issue du lancement officiel des deux nouveaux véhicules de la marque Renault, Nouvel Express et Nouvel Express Van

Par ailleurs, le ministre s’est arrêté sur la transformation de l’usine Renault de Tanger, précisant qu’il s’agit d’une usine 4.0 avec des robots qui effectuent 40% de la soudure nécessaire, afin de répondre à la précision et la qualité supérieure demandée, et circulent suivant des fils électroniques pour pouvoir livrer aux opérateurs les équipements qu’ils montent sur les véhicules.

Cette usine fabriquait des véhicules Dacia, qui sont arrivés à leur fin de vie et qu’il fallait changer, a expliqué M. Elalamy, affirmant que malgré la pandémie, il a été possible de trouver les techniciens nécessaires pour pouvoir accompagner le transfert de savoir-faire, ce qui a permis d’avoir des techniciens et ingénieurs marocains qui font actuellement travailler ces robots. “Malgré la transformation en profondeur de cette usine, Renault a dépassé aujourd’hui 9.100 collaborateurs”, a-t-il relevé, notant que Renault a pu développer le nombre de ses collaborateurs en montant en gamme fortement, ce qui correspond exactement à la stratégie mise en place par le Maroc.