×
«Tounés»
«Tounés» Par Abouammar Tafnout
Le 12/08/2022

Ce fût un temps où on nous chantait les louanges du «modèle tunisien», qui allait montrer l’exemple et démocratiser ce que l’administration américaine appelle zone Mena... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Automobile: Le Maroc, un leadership africain à conserver

Par L'Economiste| Le 09/11/2020 - 12:02 | Partager
Automobile: Le Maroc, un leadership africain à conserver

Le Maroc est devenu le pays leader de la production automobile en Afrique durant ces dernières années. D’après une nouvelle étude du Policy Center for the New South, réalisée par Henri-Louis Védie et intitulée "L’automobile: une filière marocaine stratégique, leader du secteur en Afrique", la production automobile au Maroc à l’horizon 2025-2030 est estimée entre 700.000 et 1.000.000 d’unités

"Cette fourchette, très large, s’explique par l’absence de visibilité actuelle concernant les projets chinois autour de la voiture électrique du constructeur BYD Auto Industry sur le site de Tanger", précise l’étude, qui note que les concurrents du Royaume, à savoir l’Afrique du Sud et l’Égypte, sont "en perte de vitesse" ou "en difficulté". Cette situation constitue une aubaine pour le Royaume, car la filiale automobile africaine présente un "fort potentiel de développement". En effet, à elle seule, la Chine regroupe 27% de la production délocalisée, le continent africain seulement 2%, note l’étude. Mieux, "si on neutralise le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Égypte et l’Algérie, les délocalisations sur le continent africain sont insignifiantes", d’où le potentiel de croissance de ce marché.

Le Maroc exporte aujourd’hui l’essentiel de sa production vers des pays européens. D’autres marchés pourraient toutefois constituer de vrais relais de croissance, notamment l’Afrique et le marché intérieur marocain. Rappelons que la filière automobile a généré pour le Maroc un chiffre d’affaires à l’export de 72 milliards de DH en 2018. Elle est la première filière exportatrice du Royaume, avec un taux d’intégration locale de 60% et 116 000 emplois créés entre 2014 et 2018.

Pour le chercheur, l’après Covid-19 n’y changera rien. Car, explique-t-il, "le Maroc disposera toujours d’une main-d’œuvre qualifiée, s’appuyant, dans la filière automobile, sur des compétences techniques et technologiques de pointe". "Son positionnement géographique sera toujours celui d’être la plaque tournante d’un accès à un double marché, celui à destination de l’Europe et celui à destination de l’Afrique", note-t-il.