×
«Winners»
«Winners» Par Mohamed Ali Mrabi
Le 16/08/2022

Quel est le lien entre Jan Koum (WhatsApp), Sean Parker (Napster.com), Nicholas Woodman (GoPro) et Mark Zuckerberg (Facebook)? Les quatre sont des cofondateurs de... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Amadeus: Le Maroc, pays africain le plus attractif en 2022

Par L'Economiste| Le 03/06/2022 - 11:09 | Partager
Amadeus: Le Maroc, pays africain le plus attractif en 2022

Le Maroc est le pays africain le plus attractif en 2022, ressort-il des Indices d’attractivité et de stabilité de l’Institut Amadeus.

"Pour la première fois depuis la création des Indices d’attractivité et de stabilité du continent africain en 2012, le Maroc atteint la plus haute marche du podium sur la question de l’attractivité, devant l’Afrique du Sud", indique Amadeus. "Le Maroc se classe 3ème sur l’indice de stabilité. Occupant traditionnellement de bons scores dans cette catégorie, il maintient sa position par rapport à l’année précédente", précise la même source. La situation économique mondiale et la fragilisation de nombreuses économies africaines et de secteurs entiers, à l’instar du tourisme, a touché de très nombreux pays sur le continent, note l'Institut, relevant que le Maroc réussit à maintenir un profil d’attractivité fort dans ce contexte grâce à ses indicateurs macroéconomiques, la qualité de la régulation, la qualité de ses infrastructures et le développement de son système financier. 

Les Indices de la stabilité et de l’attractivité en Afrique permettent d’offrir une vision d’ensemble de la situation économique, politique et sécuritaire du continent et de comparer ainsi les performances des pays africains, tout en prenant en compte les particularités inhérentes à chacun d’entre eux et à chacune des sous-régions du continent, fait savoir l'Institut.