×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    Du lourd pour le contrat-programme oléicole

    Par L'Economiste| Le 27/03/2018 - 14:30 | Partager
    33 milliards de DH pour le contrat-programme oléicole

    Le chiffre est vertigineux. "Le contrat programme oléicole prévoit des investissements de l’ordre de 33 milliards de DH", rappelle Rachid Benali, président de l’Interprolive. Le budget est alléchant, commentent les participants à la journée d’information sur la mise en œuvre du contrat-programme industrie agroalimentaire, tenue ce mardi au Qualipôle de l’Agropolis de Meknès.

    "Avec 345 unités de trituration d’huile d’olive d’une capacité de 16.000 tonnes/jour, la région Fès-Meknès est saturée", renchérit Kamal Hidan, directeur régional du ministère de l’Agriculture de Fès-Meknès. Selon lui, "la filière oléicole affiche actuellement un grand besoin dans le domaine de la conserve d’olives, puisque la région ne contient que quelque 15 unités de conserve". Il en est de même pour le secteur des céréales qui comptabilise 71 unités de stockage des céréales avec une capacité de près de 1,5 million T/an et 36 minoteries industrielles à blé d’une capacité de 2,5 millions T/an.

    Mais pour l’industrie en aval de cette filière, seules 5 unités de fabrication des pâtes et couscous s’activent dans la région. Idem pour la filière laitière et de la viande rouge. Ce sont là les industries qui pourraient bénéficier d’appui dans le cadre du contrat-programme. À ce propos, Saïd Zniber, wali de la région, a noté que "l’agriculture est un secteur porteur pour la région. Il emploie 50% de la main-d’œuvre et pèse près de la moitié du PIB régional". Enfin, Mohamed Abbou, président de la Chambre agricole a souhaité "que cette journée de sensibilisation aurait été organisée en arabe...car peu d’agriculteurs comprennent le français !"

    Y.S.A

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc