×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc

    Par L'Economiste| Le 19/04/2021 - 14:38 | Partager
    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc

    L'année 2020 a connu des records de chaleur au Maroc. C'est l'année "la plus chaude jamais enregistrée" dans le Royaume, indique Lundi la Direction générale de la Météorologie.

    "L’année 2020 est l’année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc devant respectivement 2017 et 2010, avec une anomalie de température moyenne annuelle nationale de +1,4°C par rapport à la normale climatologique sur la période 1981-2010", précise la Direction dans un communiqué relatif à la '’synthèse du climat au Maroc en 2020’’.

    L'année dernière a été en effet marquée par des températures minimales et maximales annuelles anormalement chaudes et par un déficit pluviométrique presque généralisé sur l’ensemble du territoire, expliqe la DGM. Le Maroc a connu un mois de février très sec et doux et un mois de juillet "remarquablement chaud avec des records de températures minimales et maximales mensuelles battus sur plusieurs villes". En guise d'exemple, Fès a connu deux nouveaux records de température maximale mensuelle de 23,78°C en février et de 40,4°C en juillet, dépassant les anciens records respectivement de 2,24°C et de 2,15°C. A Mohammedia, un nouveau record de la température minimale mensuelle de 22,28°C, a été également relevé en février.

    En outre, l'année écoulée a été marqué par un important recul du cumul pluviométrique. Le déficit dépassait les 50% au nord de Marrakech et sur les régions Souss-Massa et Anti-Atlas alors qu’il n’a quasiment pas plu sur les provinces du Sud. Cette année est classée parmi les 4 années les plus sèches depuis 1981, note d'ailleurs la DGM. Sur la saison agricole de septembre 2019 à août 2020, le déficit pluviométrique était aux alentours des -33% impactant la production céréalière nationale qui a connu une baisse de -39% par rapport à la campagne 2018-2019 et de -57% en comparaison avec une année moyenne depuis 2008 (Plan Maroc Vert), explique aussi la DGM.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc