×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Faux-semblants

Par Nadia SALAH| Edition N°:5558 Le 17/07/2019 | Partager
nadia_salah.jpg

Cette semaine, le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, a pris soin d’installer tout près de lui son ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy. A-t-il voulu le consoler, le rassurer sur son rôle?

En tout cas, la Commission des investissements a tenu à montrer son travail, pour cette 2e séance annuelle.

La communication répercute vite quelques données. C’est bien, surtout que ces investissements sont en hausse depuis deux ans. C’est bon pour le moral.

Sauf qu’aujourd’hui, ce satané Google (tout comme L’Economiste d’ailleurs, soulignons-le ici) est capable de retrouver en un clic ce qui s’est passé il y a trois ans ou avant. Et là on tombe de sa chaise: on n’a pas encore rattrapé les niveaux de 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Et pourtant,  ce n’était pas rose tous les jours: le chef du gouvernement de l’époque, Benkirane, prenait un malin plaisir aux avantages du pouvoir dans la semaine, puis partait, du vendredi au dimanche, conduire des meetings pour mobiliser l’opposition.

Ce n’est pas tout. Depuis des années, la communication officielle a perdu de sa rigueur. Elle ne détaille plus entre investissements locaux et investissements étrangers. Elle ne sépare pas  les nouveaux projets des extensions.

C’est à peine si elle évoque de vagues secteurs, qu’aujourd’hui, personne ne classe plus ainsi. Du temps où cela se faisait à la main, les fonctionnaires du ministère de l’Industrie se faisaient un devoir d’informer. Il fallait juste aller chercher le document.

Venons-en aux chiffres. Pas facile de se faire une idée quand les comparaisons nécessaires ne sont pas faites. 28 milliards de DH depuis le début de l’année à  mettre en regard des 182 milliards que coûtent les subventions. 717 emplois, soit 0,07% des chômeurs…

Que voilà de faux-semblants, surtout quand un seul ministre a eu le courage de se lever contre le boycott! Ce n’était pas celui de l’Industrie et du Commerce.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc