×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Fausse bonne idée

Par L'Economiste| Edition N°:3300 Le 17/06/2010 | Partager

Arabe dialectal, arabe classique ou français? Le débat s’anime.Effectivement, la question de la langue est toujours fondamentale puisque c’est l’outil principal qui a permis à l’Humanité de devenir ce qu’elle est aujourd’hui.Les Marocains, pour faciliter l’accès au savoir, se posent ouvertement la question: ne serait-il pas plus efficient que la langue arabe dialectale remplace directement la langue classique, et cela dans un souci d’efficacité et d’efficience.Il faut cependant éviter les fausses bonnes idées. L’arabe classique n’est pas totalement inaccessible à l’enfant qui entre à l’école, car cet arabe dialectal est un sous-produit de l’arabe classique. Pour les enfants uniquement berbérophones, il est évident que la question se pose autrement.L’argument selon lequel l’enfant doit commencer par apprendre à écrire et lire la langue de sa mère est un faux argument pour ce qui concerne l’arabe dialectal. Les patois européens n’étaient pas des langues, or l’arabe dialectal est un ensemble de patois.Et pourtant, il y a un problème bien plus grave, bien plus important dans l’apprentissage de nos enfants.Une langue ne sert pas uniquement à communiquer sur les besoins élémentaires de la personne. Une langue doit aussi et surtout être l’outil de l’abstraction et de la conceptualisation, lesquelles, de plus, doivent être transmissibles grâce à cette langue.Plus une langue est codifiée, plus elle est sophistiquée, mieux ces rôles fondamentaux seront remplis. Pour l’instant, l’arabe dialectal n’a pas cette capacité.Une substitution brutale serait une erreur: on appauvrirait intellectuellement plusieurs générations de Marocains. Certes nous utilisons constamment l’arabe dialectal, mais dès que l’on veut exprimer une pensée complexe, chacun recourt spontanément, soit à l’arabe classique soit au français: cette spontanéité mérite qu’on s’interroge sur nos fausses bonnes idées.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc