×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Fatalité

Par Nadia SALAH| Edition N°:4881 Le 21/10/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

Les présidents des Chambres, représentants et conseillers, occupent des rangs très élevés dans la hiérarchie du Royaume. C’est normal, ils concentrent sur leur personne la délégation des citoyens. Le président de la Chambre des conseillers a une petite année d’expérience; celui de la Chambre des représentants sera tout neuf.
Ils ont devant eux trois chemins bien différents.
Ils peuvent se contenter d’exister et de lire à la fin de chaque session la note préparée par leur secrétariat sur le nombre de textes traités.
Ils peuvent utiliser leur mandat pour conduire leur carrière dans leur propre parti politique, sans se préoccuper de la vie législative de la Nation.
Ils peuvent aussi se soucier de rénover le fonctionnement législatif, en améliorant la production efficace de lois de meilleure qualité. Ce faisant, ils contribuent au développement de la démocratie, avec entre autres un  contrôle plus intelligent  sur le gouvernement. Honnêtement, il faut reconnaître que dans cette dernière catégorie, on n’a eu qu’un seul exemplaire, Karim Ghellab. Il avait tenté de modifier les méthodes de travail.
Il est vrai que, ni le législatif, ni les partis politiques  et encore moins l’exécutif ou l’administration, personne n’aime ce modèle de président. Il fut et il sera combattu, car il désavoue la conception rentière de la politique.
Pourtant, il faudrait arriver à surmonter ces handicaps. En effet, comment supporter que sur 44 inscrits, seuls 6 élus travaillent  et ne soient donc pas assez puissants pour résister aux pressions produisant un texte si nul qu’il en est devenu contraire à la Constitution – cas réel de l’accès à l’information, droit essentiel du citoyen –? Les cas similaires se comptent par dizaines. Malheureusement.
De telles dérives ne sont pas une fatalité, mais elles sont fatales à la démocratie.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc