×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Facture

Par L'Economiste| Edition N°:3297 Le 14/06/2010 | Partager

Enfin un retour à la conformité pour la Matu? Les Finances réclament vigoureusement une restructuration significative du principal assureur des autocars et taxis du Maroc. La situation financière de la mutuelle est critique avec un plan de redressement récurrent depuis plus de 15 ans. La tutelle est-elle pour autant blanche comme neige dans cette affaire?Pas sûr. En tolérant que le problème de la sous-tarification du TPV (transport public de voyageurs) s’accumule au fil des ans, elle s’est soustraite à ses obligations de rééquilibrage de la branche. Une branche que la vox populi accuse régulièrement d’être en grande partie à l’origine de l’hécatombe des routes. Du coup, ce laisser-aller aura contribué à faire d’une petite vague, au départ, une véritable usine à gaz. Il donne également l’impression que l’on veut aujourd’hui traiter le symptôme mais pas le mal. A elle seule, cette mutuelle continue de concentrer les reminiscences des années noires de l’automobile, voire du marché de l’assurance en entier. La crise n’est donc pas celle d’une mutuelle mais de toute une branche. En tout cas, il est illusoire de croire qu’une recapitalisation ou des exigences de fonds propres permettront de se prémunir contre d’autres crises.Pour le même risque, le secteur n’a pas laissé les circonstances décider à sa place, isolant le portefeuille des cinq sociétés en liquidation au sein de la compagnie d’assurance transport et procédant graduellement à une recapitalisation même si là aussi, comme pour la Matu, la menace de la sinistralité et des sous-tarifs reste posée. On peut évidemment regretter ce qui peut être interprété comme un manque de courage politique, il est vrai, pour une population, les autocars et taxis, qui descendent facilement dans la rue pour protester. Mais le principe de réalité économique s’applique à tous. Et avec une facture qui risque d’être beaucoup plus lourde. Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc