×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Exemplaire

Par L'Economiste| Edition N°:4230 Le 11/03/2014 | Partager

IL est normal de voir surgir dans le débat sur les recrutements dans la fonction publique des mesures censées marquer les esprits. C’est tout de même un enjeu qui préoccupe les contribuables, les institutions internationales comme le FMI, qui s’en émeut continuellement.  Bien sûr l’opinion,  qui ne remarque pour l’heure que des polémiques de chocolat,  suivra attentivement ces promesses de choc de modernisation de la fonction RH dans l’administration.
Un projet qui permettra, peut-être, d’alléger l’Etat, de payer les fonctionnaires sur la base des responsabilités, de la charge du travail,  du résultat plus que sur le diplôme et les échelles. De prouver que les  budgets sont bien utilisés ou, au moins, soigner l’activité pour qu’elle puisse répondre aux exigences de qualité.
Les recrutements dans la fonction publique continueront d’être mal perçus s’ils ne correspondent pas à un besoin, s’ils ne sont qu’un strate supplémentaire de bureaucratisation, de vrais-faux services aux citoyens,  d’alibis pour des «dossiers à l’étude», de cabinets ministériels fantômes, de standards téléphoniques et autres numéros verts qui ne répondent jamais, de petits et grands potentats de l’administration éternellement «en réunion».
Le problème dans ce genre de chantier c’est que les pratiques vont moins vite que les intentions. Cela fait des années que la fonction publique court après ses retards, ses reengineering de process, de «l’administration au service du citoyen...». Et en créant l’illusion, du plein emploi dans la fonction publique, le plus grave c’est que l’on contribue inévitablement à de la précarité en sous-payant les petits fonctionnaires. Il en faut donc un peu plus pour convaincre. Pour rendre la gestion publique parfaitement exemplaire.

Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc