×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Etranglement

Par L'Economiste| Edition N°:4262 Le 24/04/2014 | Partager

Quand le Maroc a décidé de changer assez radicalement son approche agricole, il n’y avait pas grand monde pour parier sur la réussite. L’idée répandue était qu’il fallait beaucoup d’argent dans un espace arriéré, donc peu receptif, et ce au moment où les marchés mondiaux fournissaient au meilleur prix possible, en tout cas moins cher que chez nous.
Les marchés sont toujours là mais trop versatiles pour être sûrs. L’espace arriéré s’est révélé réceptif. Quant à l’argent… les comptes restent à faire. Néanmoins, il est évident que la productivité comme la diversification agricole sont en marche. Même les impôts reviennent!
Un autre signe de cette montée en puissance est l’apparition de goulots d’étranglement.
Les circuits de distribution d’engrais, produits phytosanitaires et autres intrants ne sont pas au rendez-vous du minimum de compétences qu’exige la montée en puissance agricole. L’OCP a dû monter au créneau lui-même pour assurer  un minimum de formation.
Le transport est dangereux, rétrograde et le plus souvent sans la moindre règle d’enlèvement, de livraison et de sécurité. Il affiche des prix bas  mais le coût est en réalité faramineux, car il engendre de lourds gaspillages. 
Les hubs de redistribution inexistants, la manutention dépassée, l’emballage sous-utilisé… engendrent des surcoûts immaîtrisables.
Quant aux abattoirs municipaux, il y a plus de vingt ans qu’ils auraient dû être fermés pour contravention  à l’hygiène publique. Ne parlons pas des trafics qui s’y nouent. Et par-dessus le marché, ils sont si peu performants que l’abattage demeure largement clandestin.
Pourtant, le financement, qui posait des problèmes réputés insolubles, a réussi à trouver une place efficace, grâce, il faut le dire, au changement radical du Crédit Agricole, un changement que l’on croyait impossible.
Ce point prouve qu’il est possible de changer en pronfondeur les modes de fonctionnement.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc