×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Etat

Par L'Economiste| Edition N°:1363 Le 27/09/2002 | Partager

Nous allons connaître enfin la vraie carte politique du Maroc: qui représente qui et quel est l'impact de chacun sur le corps électoral marocain.Certes, ce ne sont pas les premières élections organisées au Maroc, loin s'en faut. Mais pour des raisons multiples, sur lesquelles il ne sert à rien de revenir, les élections avaient principalement pour but d'organiser le partage entre les différents acteurs.Maintenant, elles ont pour but d'assurer la représentativité réelle des Marocains. Demain, une majorité sortira des urnes. Cette majorité sera appelée à gouverner le pays, qu'elle soit bonne ou mauvaise, efficace ou inefficace, moderniste ou conservatrice… on ne pourra le reprocher à personne d'autre qu'à nous-mêmes. Ce sont les électeurs qui façonnent le pouvoir. Il ne s'agit pas seulement d'une opération technique. En fait, l'Etat marocain est appelé à changer de nature. La légitimité du pouvoir, fondement premier de l'Etat, elle-même change. Comme l'a dit le Souverain, la légitimité démocratique devient le pivot du pouvoir.Pour les Marocains, le rapport avec l'Etat et avec les institutions ne peut que s'en trouver peu à peu modifié. La démocratie n'est pas seulement l'ouverture d'une possibilité de choix. Elle est aussi l'aptitude à assumer les choix ainsi faits.C'est tout un programme. Pas seulement un programme de gouvernement, mais un programme de société.La manière dont s'est déroulée la campagne électorale, dans le calme et somme toute dans la sérénité, donne à penser que la société marocaine prend conscience de l'importance de l'enjeu. Mais surtout, cela donne à penser qu'en définitive, nous sommes peut-être mûrs pour assumer.La majorité qui sortira demain des urnes ne pourra efficacement remplir son rôle et gouverner le pays au mieux, que dans la mesure où la société marocaine s'imprègne de l'idée que nous allons vivre dans un Etat différent et dont nous sommes nous-mêmes les premiers responsables.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc