×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Esprit

    Par L'Economiste| Edition N°:1259 Le 30/04/2002 | Partager

    Le ton est donné pour un vaste aménagement de l'urbanisme à Rabat: des projets majeurs sont en gestation, des chantiers structurants devront changer le look de la ville. Quatre programmes majeurs (voir notre dossier) serviront d'ossature à la capitale politique, qui devra aussi avoir un volet industriel et de services, de manière à être moins dépendante de la fonction publique. Rabat veut aussi être belle, attractive et même touristique, avec l'aménagement de sa corniche sur l'Atlantique et des berges du Bouregreg. Depuis les Romains du port de Sala, cette magnifique vallée n'a pas été mise en valeur. Un groupe de travail ad hoc, sous la direction du conseiller royal, Méziane Belfkih, organise l'aménagement de cette vallée, et le Souverain s'y intéresse personnellement.Bouregreg a décidé d'avoir une société d'aménagement. L'idée devra être reprise pour les trois autres grands chantiers, puisqu'aujourd'hui c'est un système plus efficace que n'importe quel projet géré en direct par les pouvoirs publics. Ce n'est pas tout. Rabat n'est pas tout à fait une ville comme les autres: elle est la vitrine et le contact diplomatique du Maroc. Elle a été belle pour remplir ce rôle voulu par Lyautey, mais elle s'est appauvrie et négligée au fil des années. Elle doit retrouver son statut et son allure de ville délicate et cultivée qui était devenu le sien au XXe siècle. Les grands chantiers y participeront, c'est certain. Mais pour y arriver sans heurt et sans couac, il faut organiser et diffuser autour de ces chantiers des concepts et une vision de la ville, de son statut de délicatesse et de culture moderne.Pour avoir une image et une réalité de ce Rabat-là, il ne faut pas lésiner sur la communication. En effet, ne s'agit-il pas de créer, ou de recréer, un "esprit de Rabat", duquel tous les autres projets publics et privés, y compris individuels, viendront s'inspirer et auquel ils viendront se greffer?Mohamed CHAOUI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc