×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Espoir

Par Radia LAHLOU| Edition N°:5552 Le 09/07/2019 | Partager
Radia Lahlou Edito.jpg
 

IL y a de l’espoir dans l’enseignement supérieur au Maroc. Il est vrai qu’à force de dénigrer, souvent à raison, la qualité de l’enseignement primaire et secondaire, on en a presque occulté d’autres succès. A commencer par les scores engageants du taux de réussite au baccalauréat et plus de la moitié des bacheliers de cette année qui ont obtenu une mention. Certains ont même pulvérisé des scores inédits. Certes, non, l’école marocaine n’est pas qu’une usine à cancres. Il existe de nombreuses opportunités pour les «perles» du système. Dans notre dossier spécial enseignement, nous avons tenté d’explorer les voies à suivre pour accéder aux classes prépas et obtenir des bourses. Plusieurs écoles à travers le Maroc forment les élites de demain. D’abord l’initiative publique avec les classes préparatoires aux grandes écoles, une trentaine dans le pays. 37 autres écoles privées offrent les mêmes services. Et tous les bacheliers méritants peuvent y prétendre. Une pléthore de possibilités publiques et privées sont aussi disponibles pour obtenir des bourses et poursuivre des études dans des établissements de renom autant au Maroc qu’à l’étranger. Toute cette dynamique développe l’égalité des chances et peut contribuer à réduire le gap de la mixité sociale. Ce sont ces mêmes impulsion et énergie qui doivent être insufflées à la réforme de l’enseignement, aux passerelles universités-entreprises, à l’adaptabilité de l’offre à la demande sur le marché de l’emploi. Malheureusement, beaucoup de jeunes aujourd’hui restent persuadés que seuls des pistons leur permettront d’obtenir un vrai job, bien rémunéré. Le challenge de l’école marocaine, couplée à l’initiative du privé, est alors double. Le premier est de former une masse critique dans de meilleures conditions pour forger sa propre élite, et le terreau existe pour ça. Le deuxième est de donner, aux jeunes qui choisissent d’étudier ailleurs, l’envie de revenir.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc