×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Enjeu

    Par L'Economiste| Edition N°:2697 Le 22/01/2008 | Partager

    Les Prix de L’Economiste de la Recherche en Economie et Gestion seront décernés demain mercredi 23 janvier. Pour la troisième année consécutive, ce prix va récompenser tous ceux et celles qui, à travers leurs travaux, peuvent à leur manière faire progresser la recherche scientifique. Au fil des éditions, c’est l’émergence d’une nouvelle génération de travaux, plus collés à l’actualité et aux préoccupations du moment, que le jury a découverte. C’est encourageant pour un domaine qui doit être perçu aujourd’hui comme hautement stratégique. L’enjeu est capital dans une économie globalisée où la création de la richesse s’effectue via l’investissement dans la matière grise.Et c’est pour cette raison que l’innovation et la recherche doivent être développées et soutenues de façon active, cohérente et durable. La recherche ne se borne pas uniquement à organiser des manifestations destinées à sensibiliser et à récolter des sous. Au contraire, le domaine est plus large. En effet, c’est de ces processus et liens entre la recherche et le développement de nouvelles idées que se construit la dynamique d’une nation. Mais la recherche n’est pas une machine qui fonctionne toute seule. Et c’est à ce niveau que doit intervenir l’université qui doit devenir un véritable champ d’expérimentation dont émergeront les idées de demain, ou ce que l’on appelle dans un langage plus savant, la société de savoir. Ce serait une sorte de supermarché de l’innovation et de circulation des idées dans lequel les entreprises pourraient venir y faire leurs «achats». Tout cela représente un investissement important certes, mais dans lequel le Maroc pourrait en sortir gagnant. Mais il faut faire vite, car il serait dommage de traîner encore et encore des gros boulets qui ne feront que retarder l’extraordinaire élan auquel nous assistons. Ce serait dommage d’abîmer tout cela.Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc