×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Emploi

    Par L'Economiste| Edition N°:4235 Le 18/03/2014 | Partager

    En faisant son travail d’instance incontournable, du moins pour l’heure, de production statistique, HCP a parfois une délicatesse pour asséner  des vérités qui blessent. Comme pour celles de la situation du chômage des jeunes et/ou des jeunes diplômés, un serpent de mer récurrent depuis plusieurs années. Parfois ses bases de données sont une mine d’or. D’autres fois, l’analyse des chiffres révèle quelques banalités comme la persistance du chômage longue durée, de la précarité... Sur ce sujet le Maroc pourrait  presque se consoler en rappelant qu’il n’a pas le monopole du boulet: un jeune sur sept en Europe (un jeune sur cinq en Italie et en Espagne) est sans travail ou formation.
    Ce serait même sans importance si ces indicateurs n’étaient pas devenus une métaphore de l’incapacité à juguler les crises de l’emploi, et si derrière la froideur des statistiques, c’est le désespoir des forces vives du pays qui menace de s’exprimer de manière violente. Bien évidemment c’est encore une fois des dysfonctionnements largement identifiés qui sont sur le banc des accusés: inadéquation éducation-emploi, rigidité du marché du travail et surtout le sempiternel déficit de croissance inclusive.
    Hélas! ces diagnostics charrient d’autres informations beaucoup plus inquiétantes, celles du déficit de productivité qui confine une partie des employés de ce pays dans une quasi-clandestinité et quasi-domesticité. Ce qui ne favorise finalement ni le pouvoir d’achat, ni la croissance ni le développement. Lorsqu’on fait allusion à ces sujets d’emploi, c’est avant tout à un grave problème de compétitivité dont il est question. C’est donc à la résorber qu’il faut travailler.

    Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc