×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Scénario

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5979 Le 31/03/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Reconfinera, reconfinera pas... la question des mesures administratives qui pourraient être prises pour le Ramadan revient avec insistance dans le débat public.

Avec en toile de fond, l’orientation optimale de la stratégie marocaine. Celle-ci n’a sans doute pas perdu le sens des priorités, à savoir lutter contre la pandémie Covid-19 mais a aussi su faire preuve d’adaptation.

Au cours des derniers mois, l’évolution compliquée de la conjoncture a conduit à jeter du lest dans le dispositif d’urgence sanitaire avec une meilleure prise en compte de l’argumentaire socioéconomique, comparativement aux arbitrages exclusivement médico-scientifiques qui ont prévalu au début de la pandémie.

Pour les particuliers et les entreprises, ce serait le scénario idéal pour les prochains mois. Sauf qu’il se heurte à plusieurs inconnues, dont la principale porte sur la capacité à circonscrire les risques de résurgence du Covid-19. Et avec le nouveau variant, une épidémie semble vraisemblablement en cacher une autre.

Encore une fois, les pouvoirs publics se trouvent dans une posture difficile appelant à arbitrer  dans une polarité économique/sanitaire. Le Maroc n’est en mesure de supporter ni le «quel qu’en soit le prix économique» ni le «quel qu’en soit le prix sanitaire».

Et s’il a fallu mobiliser le droit pour contraindre de nouvelles habitudes de vivre, inciter aux gestes barrières, c’est que cette démarche reste, en l’absence d’alternatives thérapeutiques à toute épreuve, la voie la plus salutaire dans la bataille contre le virus.

Avec la fermeture de plusieurs frontières aériennes, le scénario qui se joue sous nos yeux en ce moment n’est pas sans rappeler les souvenirs traumatisants de mars dernier et tout un chacun a dû comprendre qu’un retour à la vie normale semble impossible en l’état actuel des choses. Mais il convient de savoir raison garder.

Des efforts individuels d’auto-discipline ainsi qu’une mobilisation de l’ampleur des premiers mois permettraient d’éviter le scénario du pire.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc