×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Renaissance

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:6001 Le 30/04/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Le dialogue social a été pris de court comme beaucoup d’autres domaines par les effets dévastateurs de la pandémie. L’Etat a pratiquement tout fait. Pansant les blessures de la crise, aidant et subventionnant, poussant à réduire le risque de précarisation de l’emploi, à reconstruire l’échafaudage de la protection sociale.

Sur le front syndical, deux 1er Mai, sans mobilisations ni marches dans la rue, si tant est que l’on accepte d’y voir un facteur d’influence des politiques publiques ou des négociations paritaires.

Le confinement ne peut cependant servir d’excuse à l’inaction. Le syndicalisme doit sortir de ses routines et le nouveau contexte l’oblige à reconsidérer son rôle et sa place au sein de la société.

Même si l’on peut soupçonner que le climat économique anxiogène, la peur de l’avenir, de perdre son poste peuvent nourrir chez les employés un plaidoyer à la syndicalisation, la revitalisation ne peut se mesurer à l’aune du taux d’adhésion.

Des mobilisations sociales, frôlant la paralysie, comme pour le mouvement des profs contractuels, se radicalisant parfois, apparaissent en dehors de toute médiation syndicale, si ce n’est sur les en-têtes de communiqué de presse.

Pour les plus jeunes, ce sont les réseaux sociaux qui semblent servir de répertoire d’actions, souvent à travers des initiatives aux orientations non structurées et aux conséquences non maîtrisées.

Les syndicats sont donc attendus sur tout un ensemble d’objectifs imbriqués. Sur leurs capacités à prendre le pouls des nouveaux défis du marché du travail, à rallier des cibles non touchées habituellement par le syndicalisme, à ouvrir portes et fenêtres pour rassurer sur la démocratie interne, à convaincre sur l’existence de projets aux contenus cohérents et crédibles. La renaissance est à ce prix.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc