×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Recommencement

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:6020 Le 28/05/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Le pilier 2 du nouveau modèle de développement, celui de la réforme de l’administration, fait d’ores et déjà office de vedette: c’est un sujet transverse à tous les autres. Il invite à rappeler que ce dossier est devenu l’obsession des acteurs institutionnels et politiques de ces dernières années.

Pas un gouvernement qui n’ait juré d’en faire son chantier du quinquennat, pas un parti qui n’ait promis la lune dans son programme électoral.

Beaucoup ont apposé leurs noms sur des textes pour changer l’état des lieux et certains sont même arrivés à amorcer, quoi qu’à petite échelle, des dynamiques transformatrices: lorsqu’il s’est agi par exemple de contractualiser la performance des politiques publiques, le lancement de la LOF, qui est venue se rajouter aux lois de règlements, est une révolution en soi.

Sans oublier toute cette foule de cabinets-conseils qui en vivent à coups de rhétorique prescriptive sur les vertus du new public management, censé apporter une plus grande efficacité et flexibilité pour s’adapter dans un environnement économique et politique en mutation rapide.

Du coup, l’on sait pratiquement tout sur le sujet. L’on sait par exemple que la bureaucratie, le manque de synergies, entre différentes administrations, le déficit d’empathie par rapport aux attentes réelles constituent l’une des plus grosses menaces du processus de modernisation/développement du pays.

L’on sait aussi qu’à l’heure d’un retour en force de l’Etat en contexte pandémique, le débat ne se pose plus seulement en termes du comment, mais du quoi, c’est-à-dire quels produits et services doivent être assurés par le secteur public.

L’on sait enfin que les objectifs à atteindre  ne se rapportent pas uniquement à la quête de l’efficience dans la mesure où ce changement interpelle également des enjeux d’équité et de justice. La lassitude ne doit cependant pas avoir le dernier mot. La bataille pour la réforme de l’administration est un long recommencement. (Lire article).

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc