×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Projet

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5967 Le 15/03/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg
 

LE foot reste l’une des rares formes de mondialisation encore populaire. ll lui est reconnu de nombreuses vertus et ça semble réussir au Maroc à l’issue d’un processus de transformation qui est, par plusieurs aspects, emblématique de sa capacité d’influence et de son poids.

A côté du parcours exemplaire de Fouzi Lakjaâ, élu au conseil de la FIFA, ce qu’il faut avant tout relever au cours de ces dernières années, c’est une capacité à fonctionner en mode multiprojets. C’est-à-dire en tenant compte de l’interdépendance des objectifs à atteindre, en intégrant les enjeux politiques et de pouvoirs avec lesquels il fallait composer au niveau continental et international ainsi que l’interaction en réseau de différentes parties prenantes.

Les résultats de diplomatie par le foot sont à ce prix et ils méritent largement la mobilisation. Dans sa vitrine, le Maroc a incontestablement de belles choses à montrer. Cinq fois candidat à l’organisation de la world cup, organisation d’une coupe du monde des clubs, sans compter plusieurs compétitions continentales, une infrastructure de jeu et de formation aux normes internationales, le pays fait depuis plusieurs années tout en grand. Et c’est tout naturellement donc qu’il en récolte les fruits.

Au-delà du sport, il s’agit aussi de défendre la justesse des choix de société. Et là aussi le pays a des arguments à faire valoir. En droite ligne de cette stratégie, c’est donc un changement d’échelle qui est en train de s’exprimer en se positionnant avec un projet global et surtout cohérent. Si l’apprentissage s’est négocié chemin faisant, formulons le vœu que la dynamique soit maintenue.

Dans l’idéal, et en se nourrissant de l’alchimie actuelle, les ambitions devraient converger vers un système autopoïétique, c’est-à-dire à même de transcender le temps et les hommes et capable de s’autoreproduire.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc