×
+ L'ÉDITO
Par Meriem OUDGHIRI
Le 30/11/2021
À la loyale

Quitte à jouer du slalom avec un virus qui s’accroche, l’économie marocaine (comme celle du monde)...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Paralysie

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5940 Le 04/02/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

L'emploi est à genoux. Les statistiques du HCP racontent d’abord un désastre socioéconomique qui a enflé à vue d’œil au cours de ces derniers mois. Et ensuite, une grande détresse qui n’épargne aucune catégorie: femmes, hommes, jeunes, diplômés ou pas… et qui appelle dans la foulée à des efforts d’empathie.

La faute à des usines en arrêt total ou partiel, à des commandes qui n’arrivent plus, à des consommateurs qui consomment moins pendant des journées raccourcies. La faute au Covid, bien entendu, et sa terrible chape de plomb confinante. Protectrice certes, mais asphyxiante pour la liberté de circuler, l’activité normale et économique. L’on n’est pas loin du demi-million d’emplois perdus.

Sur un sujet où l’on ne sait jamais d’avance si on en fait trop ou pas assez, il sera de nouveau tentant, à l’aune de cette facture, de se demander si le Maroc n’a pas forcé la dose. Mais lorsque le débat engage des vies, qui peut critiquer sans ciller une surréaction?

Oui, il y a des regrets. Ceux de ne pas avoir déployé une thérapie structurelle du chômage, en investissant dans le capital humain et la croissance durable et inclusive, lorsque la conjoncture et le temps le permettaient… Il ne reste plus qu’à espérer que le compteur s’arrête de tourner. Ce n’est pas mission impossible moyennant quelques prérequis.

Par exemple, si la population continue de respecter les gestes barrières, d’adhérer massivement aux campagnes de vaccination. Le plus important est de ne pas baisser la garde pour éviter une redescente aux enfers. Celle de nouvelles mesures radicales de reconfinement, de paralysie de l’activité. Un scénario coûteux tant du point de vue sanitaire, économique que social.

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite