×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

«Momentum»

Par Meriem OUDGHIRI| Edition N°:5950 Le 18/02/2021 | Partager
meriem-oudghiri.jpg

Il faut regarder autrement le Maroc nouveau». Nous sommes en décembre 2006. C’était l’une des recommandations du groupe d’impulsion économique franco-marocain qui se tenait à Paris.

A la même date, le chef de gouvernement de l’époque, Driss Jettou, réussissait son grand oral devant le patronat français. Il y a 15 ans, le Maroc défendait ainsi son offre et ses atouts.

Depuis, le pays a tracé son chemin. Mais depuis la pandémie, la donne a quelque peu changé.

Le sujet chaud revient sans cesse sur les devants de la scène: la protection de la production nationale. La crise sanitaire l’a accélérée et l’exécutif s’en est emparé.

Le but est de créer ce fameux «choc de compétitivité», pour donner au Maroc une stratégie claire et engendrer un choc de confiance pour enrayer le décrochage industriel.

Les solutions existent et l’efficacité a un prix. Et puis, c’est démontré, la qualité fabrique de la performance et la non-qualité... ne fabrique rien qui marche. La qualité est une histoire très sérieuse. Des entreprises affichent la certification comme une médaille… juste pour la galerie. Les spécialistes l’appellent d’ailleurs le piège du certificat encadré.

De même, les entreprises ont besoin de trouver en face une administration (surtout dans les petits niveaux) tournée vers le développement économique et non une «cinquième dimension» qui fonctionne selon ses propres «normalités». Des remontées d’informations qui nous parviennent ou constatées sur le terrain montrent l’énorme gap entre le discours et la réalité.

En ces temps difficiles, ne décochons pas nos flèches empoisonnées mais construisons plutôt un vrai «momentum», celui qui crée des opportunités où d’un seul coup on peut changer de nombreuses choses. Alors, ne nous essoufflons pas.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc