×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Enseignements

    Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5953 Le 23/02/2021 | Partager
    dr_mohamed_benabid.jpg

    L'UE s’était trompée.  Elle vient de corriger une erreur impardonnable: la présence du Maroc dans la liste grise des paradis fiscaux. Rabat n’avait pas besoin de ce type de pressions ayant multiplié les gestes de bonne volonté.

    Lorsque ce ne sont pas les engagements pris pour le chantier stratégique des échanges des données, c’est alors une traque permanente aux dérives des prix des transferts. Au point de courir le risque au cours de ces dernières années de terroriser les filiales de multinationales.

    Plus récemment, le gouvernement a également été offensif sur le sujet des zones franches. Bref, le Maroc a montré qu’il n’était pas impuissant. Difficile de faire plus.

    Pour la lutte contre la fraude fiscale comme dans la vraie vie, il faut faire attention à certaines évidences. Elles peuvent compromettre des efforts de développement et d’émergence. Lorsque certains pays prennent la liberté d’engager des politiques attractives en matière d’impôts, qu’il leur soit au moins accordé le bénéfice du doute.

    De se donner par exemple pour objectif de promouvoir l’investissement et des activités économiques sur leurs territoires. De devoir subir aussi le diktat d’opérations transfrontalières où l’incapacité à parler un langage commun est une tendance de fond.

    Dès le départ, le sujet lui-même, celui des paradis fiscaux, n’a jamais été stabilisé dans sa définition.  Dans le cas d’espèce, en dehors de l’attractivité fiscale, du maintien du secret bancaire, les autres critères (une infrastructure financière et IT développées ainsi qu’une bonne gouvernance) seraient pour ainsi dire revendicables par tout pays.

    De surcroît, en hésitant à faire passer le test à certains de ses propres membres, Bruxelles n’a pas beaucoup aidé à faire avancer le débat, du moins pas sereinement. Espérons que les enseignements aient été tirés.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc