×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Emploi

    Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5986 Le 09/04/2021 | Partager
    dr_mohamed_benabid.jpg

    Le rythme de la reprise ne sera pas suffisant pour donner un véritable coup de fouet à l’emploi. Sous une perspective de veille sur les indices de conjoncture favorables, l’on peut toujours le déplorer, mais la dernière alerte du CMC a le mérite de remettre quelques idées en place. 

    Il faut dès lors faire quelque chose pour stopper une effarante saignée. Celle de l’emploi dont la pandémie a redimensionné le défi et qui s’impose en tête de liste des urgences sociales.

    En temps normal, lorsque les économies tournent à plein régime, les mécanismes de sélection (les profils qualifiés et/ou les plus expérimentés restent plus attractifs chez les recruteurs) sont un facteur d’insertion ou au contraire d’exclusion.

    C’est pire en situation de crise, l’écart se creusant entre les deux versants et les chances se volatilisant pour ceux qui ne répondent pas aux critères précités. Dès lors que le marché ne peut pas tout faire, le débat conduit inéluctablement à se tourner vers la responsabilité des politiques publiques.

    En compensant 35% des pertes de revenus du travail, le dispositif d’aide Covid a donné une bouffée d’oxygène salutaire, mais pour éviter de renforcer les risques de précarisation, il faut aller beaucoup plus loin dans l’accompagnement.

    Le système marocain n’a pas beaucoup le choix. L’arbitrage reste avant tout celui des ressources disponibles. Elles sont modestes et seront plus à chercher dans des dynamiques frugales que dans des montages financiers hypothétiques.

      En attendant que le projet d’une assurance-chômage se concrétise, et puisse dès lors combler les impératifs d’universalité, la piste du ciblage fait débat. Elle mérite d’être tentée. 

    A condition cependant de ne pas s’inscrire dans une logique exclusive de réparation, mais de traiter à la racine les dysfonctionnements qui continuent de creuser le fossé de l’emploi.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc