×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Certitudes

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5999 Le 28/04/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Il ne faut surtout pas baisser de vigilance. Le carnage Covid de ces derniers jours en Inde montre bien qu’aucun pays n’est à l’abri d’une recrudescence de la pandémie. Cette actualité fait résonner dans la foulée quelques interrogations autour de l’analyse de la situation pandémique.

Jusque-là, il semblait établi que les pays riches étaient condamnés à enregistrer plus de décès par habitant que les pays pauvres et qu’ils n’étaient finalement protégés ni par leurs systèmes de santé réputés meilleurs ni par leurs revenus plus élevés. Cette orientation restait d’ailleurs assez inhabituelle avec en toile de fond l’impression de faire face à deux types de pandémie.

Rien n’était venu relativiser ce postulat si ce n’est quelques simulations prémonitoires en mai dernier et prévoyant un déplacement des charges de morbidité vers les pays en développement. Comme pour cette recherche d’une équipe de la Banque mondiale (Schellekens et Sourrouille, 2020) qui y anticipait une multiplication par trois du nombre de décès.

Alors que les attentes sont fortes sur les échéances d’un déconfinement, et que l’on semble assister à un recul de l’épidémie dans certaines régions de la planète, il convient de rester prudent dans les extrapolations. En tout cas, la détente constatée dans des pays riches ne paraît pas être généralisable

Pour des pays comme le Maroc, ce n’est donc pas du côté de l’Angleterre de Boris Johnson qui autorise la réouverture des pubs qu’il faut regarder, mais plutôt de la dégradation inquiétante des chiffres constatée en Asie du Sud-Est et/ou en Amérique latine.

A ce titre, les pouvoirs publics ont raison de renforcer le contrôle du couvre-feu pour anticiper une éventuelle catastrophe. C’est ce que dicte la sagesse sur un sujet où les certitudes ne sont jamais définitives et où les boulets ne passent jamais trop loin.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    red[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc