×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Accélération

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5942 Le 08/02/2021 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Les causes de l’UE ont été entendues: les zones franches finissent par disparaître à l’issue d’un processus d’extinction enclenché par l’actuelle loi de finances.

Le Maroc a fait le job sur un sujet où le pays a expérimenté tant une fiscalité dérogatoire que de nouvelles politiques d’aménagement d’espace périurbain et d’insertion économique internationale. Ses arguments étaient à ce titre plus que recevables face à des peurs européennes qui elles semblaient se nourrir d’une posture ambivalente.

D’un côté, il est demandé au partenaire maghrébin d’être moins frileux sur son ouverture, et de l’autre il lui est reproché d’abuser de formes de territoires mondialisés. Et même sur le plan doctrinal, le quiproquo n’a jamais été totalement levé.

Tant ce qui paraît pour les Européens comme étant des pratiques fiscales préférentielles dommageables (du moins au sens de la définition de l’OCDE), relève pour le Maroc plutôt de dispositifs d’attractivité.

Les deux parties peuvent se féliciter de cette issue consensuelle. Il reste maintenant à bien renégocier la nouvelle saison. S’il est un souhait à formuler sur les starting-blocks, c’est de ne pas se tromper de bataille.

La requalification en sites d’accélération industrielle semble vouloir aller au-delà d’un simple rhabillage sémantique. C’est rassurant. La mobilisation doit continuer de converger vers la vocation première de ces espaces économiques, c’est-à-dire l’encouragement d’activités de production/export, et idéalement d’industrialisation.

Par ailleurs, si l’effet de levier pour le développement territorial est là puisque cela a nécessité que l’Etat engage des investissements importants en infrastructures de connectivité, il reste encore à améliorer le processus de connaissance en termes de retombées pour la création de valeur, de transfert de technologie, voire même de nature des emplois créés.

Ce sera incontestablement un pas supplémentaire, un bon pas, dans la dynamique d’accélération industrielle.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc