×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Economie de l’information

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5351 Le 17/09/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Certes ce n’est pas une prise de position marocaine qui hâtera le processus européen contre le pillage auquel se livrent les GAFAM (L’Economiste des 5 et 13 septembre 2018).

    Ce nom générique désigne de multiples sortes de plate­formes, capables de détourner à leur profit, le travail et les bénéfices des vrais producteurs. Un détournement sans rémunération pour ce qui est des données, informations, création artistique ou création tout court. Un détournement sous-rémunéré pour les services.

    On aime tous ces accès faciles, bon marché à tant de biens et services. On sent bien que ce n’est pas très nor­mal, pas très honnête. On a raison: c’est de la prédation pure et dure, capable de ruiner les producteurs en les renvoyant vers leur coût marginal. Mais avec un marketing de contes de fées, transformant un pillage en une idéologie désirable. On sait aussi que nous sommes les marchandises offertes à la vente.

    Et on sait que ces GAFAM se moquent bien du fisc et des lois. Cela fait plus de 40 ans que gouvernement après gouvernement, les Etats-Unis ont préparé la relève de leur impérialisme militaire et moné­taire, par la maîtrise des data et des informations, non pas pour les cacher, mais pour les distribuer le plus large­ment possible. C’est une révolution mentale, très, très loin des conceptions cachotières dominantes au Maroc.

    Or rien ne dit que les progrès tech­niques doivent aller avec un système de prédation et de pillage des valeurs. Le capitalisme dénoncé par Marx ou Zola n’était pas voué à l’exploi­tation de l’Homme jusqu’à la mort. De haute lutte, des équilibres ont été établis, produisant un système inventif et capable de partager ses fruits.

    C’est ce travail historique qu’il faut recommencer aujourd’hui, pour discipliner cette économie de pillage et la rendre capable de respecter les droits élémentaires de l’Homme né­cessaires à la vie en société. Ce serait bien que le Maroc s’y associe.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc