×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Echec à 99,3%

    Par L'Economiste| Edition N°:2707 Le 05/02/2008 | Partager

    A Ifrane, seulement 0,7% des enfants qui finissent leur première année d’école primaire ont réellement acquis le niveau qu’ils doivent avoir. Autant dire personne! A ce stade d’échec, ce ne sont pas les enfants ou leurs parents qui sont en cause. C’est bien l’école elle-même et son corps d’enseignants qui sont responsables d’un tel naufrage. Et pour parler en termes de système éducatif, inutile de se cacher derrière son petit doigt : inutile de mettre sur le compte des jeunes et de leur famille ce qui est de l’unique responsabilité du ministère et donc des gouvernements qui se sont succédé jusqu’ici.Et pourtant, qu’apprend-on dans un communiqué rendu public subrepticement durant le week-end dernier? Que, sur pression de la Primature, le ministère de l’Education nationale va encore recruter des centaines de diplômés chômeurs, exactement 1.100 personnes, dont nul ne veut nulle part. Personne n’en veut parce que ces diplômés chômeurs sont eux-mêmes victimes du système éducatif et incapables de répondre aux besoins de la marche moderne de ce pays. Pour se moquer un peu plus des familles et des citoyens, le communiqué parle de «cadres diplômés chômeurs», comme si par miracle avoir un diplôme mal obtenu et qui ne sert à rien propulsait le malheureux titulaire soudain au rang des cadres de ce pays! Voilà ce qui arrive quand le gouvernement fait de la politique politicienne sans prendre garde à la conséquence de ses propres actes.La majorité de ces diplômés chômeurs sont inadaptés aux impératifs du développement du Maroc et ce n’est pas deux semaines de faux recyclage qui vont changer la donne! Qu’à cela ne tienne: l’Education nationale, le maillon faible du gouvernement El Fassi, les fourguera (il n’y a pas d’autre verbe plus approprié) dans les classes primaires. Ainsi, partout, dans le Royaume, la majorité de ces recrutés politiques vont scrupuleusement reproduire le syndrome d’Ifrane, c’est-à-dire un taux d’échec à 99,3%!Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc