×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Droits

Par L'Economiste| Edition N°:4000 Le 01/04/2013 | Partager

Il est nécessaire de classifier les informations qui mettent en danger la vie du pays. Mais sous ce couvert, nous risquons de lancer l’un des plus grands reculs de citoyenneté que le Maroc n’ait jamais vécu. Le mot n’est pas trop fort. Qu’on en juge. Le projet de loi sur l’accès à l’information veut exclure les citoyens du droit de connaître les textes de lois et décrets en préparation. Il veut les exclure de leur droit à connaître la politique monétaire, les stratégies économiques sectorielles en cours de préparation, la situation du Maroc dans ses relations internationales, dans ses relations avec les institutions…
Pour être sûr que les citoyens seront bien tenus en dehors des choix du pays, le projet de texte choisit les mots les plus vagues. C’est l’outil des abus de pouvoir: grâce à l’imprécision, on accorde à l’un ce qui est refusé à l’autre, tout en restant inattaquable sous la couverture formelle de la loi. En matière d’information, c’est le meilleur moyen d’établir un contrôle absolu sur la pensée des gens, comme dans les pires des romans de science fiction décrivant les systèmes totalitaires. Ce n’est pas tout.Au cas où ce texte aurait oublié d’interdire quelque chose quant à l’exclusion des citoyens de la vie politique et économique, le gouvernement a alors le droit d’interdire ce qui lui plaira par simple règlementation. Pour chacun des points pris isolément, le gouvernement va trouver des explications et des comparaisons en faveur de son texte. Il aura raison. Il arguera même de la nomination d’un fonctionnaire spécialement chargé de recueillir les demandes d’informations.Mais c’est exactement là où réside la volonté de tromper les citoyens. Quand on isole les restrictions et interdictions les unes des autres, rien à redire. Sauf qu’elles sont ensemble dans un même texte, à se répondre les unes aux autres, pour emprisonner l’esprit des citoyens, pour les rejeter dans une infantilisation éternelle.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc