×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Dockers

Par L'Economiste| Edition N°:2402 Le 16/11/2006 | Partager

Tous les matins, les entreprises se réveillent avec cette question: aujourd’hui le port de Casablanca va-t-il travailler normalement ou bien va-t-il encore être perturbé?C’est une histoire que personne en dehors du Maroc ne voudrait croire tant elle est extravagante. Les dockers de l’Odep font une grève du zèle qui bloque en permanence une quinzaine de navires dans la rade. Le motif de leur grève? récupérer une «ristourne» de 1.000 à 1.500 DH/mois qu’ils recevaient de leurs homologues dockers du privé et que ces derniers ne versent plus. Pourquoi cette ristourne, qui dans d’autres pays s’appellerait «racket»? Nul ne s’en souvient. Un de ces rapports de force dont les dockers ont le secret, même entre eux, sans doute. En attendant, ce sont les ouvriers de l’industrie, qui sont loin d’avoir les salaires et les protections sociales des dockers, qui subissent les conséquences: leurs produits seront livrés en retard ou ils n’auront pas les matières dont ils ont besoin. Dans les deux cas, le risque n’est pas négligeable que les clients aillent s’adresser ailleurs…Plus révoltant. Ces histoires de dockers et de grèves ne sont le fait que d’une poignée de personnes, au départ manipulées par trois steevedores, et qui veulent profiter de la réforme pour accroître les avantages qu’ils ont réussi à accumuler depuis 1984. Avantages que personne ne leur conteste, mais que nul ne veut augmenter. En effet, c’est l’existence de toutes ces rentes de situation qui font que le port de Casablanca est si cher et qu’il a bien peu de chances de tirer son épingle du jeu quand TangerMed va ouvrir. Or chacun sent bien qu’une question stratégique plus grave que celle du commerce se pose: que deviendrait la capitale économique sans son port ou avec un port affaibli?Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc