×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Détenus

Par L'Economiste| Edition N°:1824 Le 03/08/2004 | Partager

La libération de prisonniers marocains de Guantanamo est à saluer. Les efforts diplomatiques doivent se poursuivre pour clarifier le sort des autres détenus marocains dont on ignore le nombre exact pour l'heure. Depuis quelques semaines, Washington semble jeter du lest dans ce dossier. Jamais une affaire n'a autant écorné l'image de l'Amérique, synonyme de liberté et de respect du droit. Or, Guantanamo se situe aux antipodes de ces mêmes valeurs que l'on associe désormais à la plus grande puissance mondiale. La communauté internationale n'a eu de cesse de condamner une zone de non-droit où sont emprisonnées, pour des motifs obscurs et sans pour autant avoir le statut de prisonniers de guerre, plusieurs centaines de personnes. Certaines ont peut-être été proches d'Al Qaida. D'autres ont été arrêtées juste parce qu'elles se sont trouvées au mauvais endroit lorsque les troupes US ont envahi l'Afghanistan. Pour comprendre les raisons de ce revirement américain, il faut remonter au mois de juin dernier lorsque la Cour suprême des Etats-Unis avait reconnu aux détenus de la base cubaine le droit à la protection. C'est donc un Bush sous pression, redoutant l'éventualité de procès en série, qui a décidé de revoir le statut de ses “combattants ennemis”. Les détenus marocains transférés dans leur pays devraient en principe avoir droit à un procès équitable. Si aucune charge n'est retenue contre eux, il n'y a aucune raison de les garder en prison. Si, au contraire, leurs activités terroristes sont avérées, alors ils doivent être jugés en conséquence. Dans ce cas de figure, les enquêteurs sont tenus de faire toute la lumière sur leurs mentors spirituels ou ceux qui les ont endoctrinés pour en faire des candidats à la terreur. Sur ce plan, nous avons plein droit. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc