×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Dernier mot

Par Mohamed CHAOUI| Edition N°:5909 Le 21/12/2020 | Partager
mohamed_chaoui_intern.jpg

Maintenant que la loi de finances 2021 est bouclée, que la question du Sahara marocain entame une nouvelle dynamique, d’autres dossiers brûlants vont remonter à la surface.

C’est le cas de celui des lois électorales, en stand-by depuis quelques semaines. Ce chantier doit être relancé d’autant que le temps presse, et à peine une dizaine de jours nous séparent de 2021, année d’élections par excellence: communales, régionales, législatives, chambres professionnelles,…

Aujourd’hui, les regards sont rivés sur le ministère de l’Intérieur. Va-t-il poursuivre les consultations politiques pour dégager un consensus sur les points en suspens ou se contentera-t-il d’élaborer des textes à adopter dans un Conseil de gouvernement?

En fait, le débat sur ce processus a été détourné pour se concentrer sur des éléments techniques comme notamment le quotient électoral. Rappelez-vous, le PJD en a fait son cheval de bataille. En jouant la carte de la victimisation, il a cherché à faire croire que toute la classe politique s’est liguée contre lui pour l’affaiblir. Cette focalisation alimente une image déjà dégradée des formations politiques.

Aux yeux de l’opinion publique, elles ne sont intéressées que par le partage du gâteau. Ce qui confirme une profonde crise de confiance de la population. Pourtant, le Roi avait à plusieurs reprises interpellé sur l’urgence d’une mise à niveau de l’action partisane pour justement rétablir cette confiance.

Le ministère de l’Intérieur a, dès le départ, opté pour une neutralité active. Sa démarche est de laisser les chefs des partis se mettre d’accord sur les lois électorales. Sinon, le dernier mot reviendra au vote du Parlement. C’est la règle de base du jeu démocratique.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc