×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Démocratie

    Par L'Economiste| Edition N°:3033 Le 27/05/2009 | Partager

    La campagne électorale pour les élections communales démarre cette fin de semaine. Déjà, des partis politiques ont confectionné des programmes pour leurs candidats dans les régions. C’est le RNI qui a commencé, suivi par le PPS et l’Istiqlal, avec une présentation publique et la présence des instances dirigeantes. A les examiner de plus près, les versions présentées se ressemblent par les généralités qu’elles énoncent. Pas de traces de projets concrets, de modes de financement ou de calendrier d’exécution. Encore heureux qu’elles n’allongent pas les promesses d’emploi au sein de communes déjà en sureffectif.Normal, les états-majors, dans leur tour d’ivoire à Rabat, ne peuvent concevoir un schéma décentralisé sans courir le risque de passer à côté de l’essentiel. On ne cessera jamais de le répéter: cette élection est éminemment locale, avec une forte dimension de proximité. Car, chaque région, chaque commune a ses priorités et ses spécificités. Les besoins de la population de la capitale ne sont pas identiques à ceux de Berkane ou de Chefchaouen par exemple. Les partis ont perdu une occasion supplémentaire pour laisser les régions se débrouiller toutes seules. C’est de cette manière qu’ils peuvent donner un contenu à la décentralisation dont chacun s’enorgueillit d’être le fervent défenseur. C’est de cette façon aussi qu’on peut faire émerger des élites locales.Cependant, c’est sur un autre dossier qu’il faut être extrêmement vigilant. Des barons de la drogue et de la contrebande peuvent s’infiltrer dans ces élections et dans les conseils communaux. Et si on ne redouble pas d’attention, ils pourront demain siéger au Parlement via le collège des collectivités locales. Un coup pour la démocratie.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc