×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Démission civique

Par L'Economiste| Edition N°:2008 Le 27/04/2005 | Partager

Le scandale de la maison de bienfaisance de Aïn Chock à Casablanca a eu le mérite de réveiller deux actions. La première concerne la plainte en Justice contre des gestionnaires indélicats; la deuxième concerne la remise à plat de l’action publique, avec un grand séminaire qui s’est tenu hier.La première action, la plainte en Justice, doit retenir notre attention, non pas parce qu’on attend d’elle une punition (dans la mesure où les fautes sont prouvées, bien sûr) mais parce qu’elle était restée coincée. Pourtant, le scandale était public, il était cité dans la presse, il avait fait l’objet d’une intervention du wali... Les gestionnaires avaient été écartés, mais ils étaient revenus en poste, pour reprendre leurs trafics, là où ils les avaient laissés.Beaucoup d’intervenants et d’observateurs ont alors pensé: ces voyous sont «protégés», il ne faut rien faire contre eux. C’est la démission civique.Or, c’est exactement ce que les voyous en question voulaient qu’on pense d’eux. Toute leur arnaque reposait là-dessus: avoir l’air d’être ce qu’ils n’étaient pas et agir en conséquence.C’est la base de toutes les escroqueries. Mais ce système ne fonctionne pas n’importe où, pas n’importe comment. Il lui faut un contexte favorable, contexte tout prêt qu’il trouve dans les esprits des braves gens. Ceux-ci sont tout prêts à croire que tout fonctionne par protection, faveurs et prébendes, y compris le droit de voler et de détourner l’argent des orphelins! Ces braves gens n’ont pas tort: c’est arrivé plus d’une fois et il y a encore des voyous libres comme l’air, alors qu’ils devraient bien profiter de l’ombre des prisons. C’est vrai, mais la démission civique est-elle une bonne solution? Non, bien sûr que non, et ce pour une raison bien simple: la démission civique des braves gens est exactement ce que les escrocs espèrent pour avoir le champ libre et gagner sur deux tableaux: voler d’abord et faire croire que le vol est devenu la loi, ensuite.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc