×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Déclinisme

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4887 Le 31/10/2016 | Partager
benbabid_edito.jpg

Comme une majorité de Marocains, l’on partage  la vive émotion qui a suivi le décès,  accidentel selon les premiers éléments de l’enquête, d’un vendeur de poisson à Al Hoceïma. Si ce drame est à déplorer, faut-il pour autant troquer sa lucidité et  faire l’économie d’une lecture froide des événements? D’abord le procès fait aux  autorités de cette ville est excessif et injuste. En procédant à une saisie de marchandise non conforme, celles-ci sont cohérentes avec leur cahier des charges dans ce qui aura été l’élément déclencheur des événements, à savoir faire respecter la loi. L’erreur serait, sous la pression de la colère populaire, de procéder à une sanction-bouc émissaire.  Ensuite, cette affaire illustre encore une fois un sport national en ce moment, qui consiste à tenter de mobiliser toutes sortes de détonateurs pour surfer sur une vague de déclinisme suicidaire. Si ce n’est pas la boîte aux  peurs qui est ouverte,  c’est alors celle de l’incapacité chronique à changer, de la déliquescence morale ou encore celle de la persistance de prétendus complots démocratiques.
Dans des variantes extrêmes, il est même triste de constater que certains en arrivent à souhaiter le chaos à leur propre pays, seul espoir au redécollage à leurs yeux.  Toutes ces pesanteurs encombrent la réflexion qu’il est pourtant sage de mettre en perspective.  Il ne s’agit pas ici de valider la propagande d’un Maroc Bisounours. Oui, la souffrance sociale est réelle comme la persistance des inégalités, le chômage des jeunes. Oui, les temps sont durs pour de nombreuses familles et pour les entreprises. Oui,  la politique est toujours malade. Pour preuve,  une mort d’homme comme à Al Hoceïma ne suffit pas à faire bouger ou influer sur la réactivité des partis et du chef de gouvernement, plus affairés que jamais à la répartition des portefeuilles...
Dans un pays qui affiche la meilleure stabilité de la région, il est tout de même des raisons objectives de rester constructif dans cet environnement incertain. Il faut continuer de chercher d’autres victoires sur le déni.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc