×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Dans 20 ans?

Par L'Economiste| Edition N°:3683 Le 22/12/2011 | Partager

«Notre pays a raté l’établissement d’un système éducatif pour tous». Invité d’honneur à la cérémonie de remise des prix de L’Economiste, Rachid Benmokhtar, ancien ministre de l’Education nationale, n’a pas mâché ses mots. Depuis des décennies, réformes et contre-réformes ne sont pas arrivées à bout de ce mammouth qui ne tourne plus rond. Le niveau de l’enseignement a dangereusement baissé car on a oublié le rôle fondamental de l’école: celui de permettre aux enfants d’acquérir de nouveaux comportements et de mieux comprendre les processus sociaux et économiques dans lesquels ils vivent. Au final, apprendre à devenir des adultes civiques et responsables. Et savoir aussi et surtout que travailler c’est réfléchir, imaginer, créer et ne pas apprendre pour le compte d’autrui.
Qui est responsable de ce gâchis. L’Etat? Oui, mais il serait simpliste de tout lui imputer. Les parents? Oui, beaucoup aussi car l’éducation scolaire va de pair avec l’éducation tout court.
Aujourd’hui, nos valeurs sont en perte de vitesse. Déficit dans les comportements, indiscipline, non-respect des règles et d’autrui... Le tableau est bien sombre. Cette fracture-là est peut-être la plus grave car elle hypothèque l’avenir.
Le système éducatif est le reflet de nos comportements, le miroir de nos choix de développement. Si tout le monde s’accorde à dire qu’il est d’une inefficacité inouïe, alors réagissons! Arrêtons de le prendre en otage pour des considérations politiques ou autres. Parents, opérateurs publics ou privés, doivent s’impliquer. L’éducation doit être en contact permanent avec son marché comme tout service payant du reste. Car l’éducation n’a rien du principe sacré de la gratuité. Elle est déjà payante et chère, à travers l’impôt. Le nouveau gouvernement est fortement attendu sur cet énorme chantier. Sinon, on se retrouvera à la case départ pour une autre tentative de réforme dans, disons, 20 ans?o

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc