×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Cycles

Par L'Economiste| Edition N°:1139 Le 08/11/2001 | Partager

Comme une verrue sur un beau visage, la crise se révèle sur une entreprise qui brillait de prestige, la RAM. Ce sera un dur réveil pour nos décideurs, qui nient les récessions, les difficultés d'entreprise... ces réalités économiques aussi vraies que leurs contraires, la croissance et la création d'entreprises. Car l'économie, c'est les cycles. C'est enseigné en première année de faculté. Les pays développés se préparent quand tout va bien, pour limiter les dégâts lorsque la conjoncture se retourne. Nous n'avons aucun outil.La première défense face à la crise est la fusion, qui permet de bâtir une nouvelle entreprise forte sur plusieurs entreprises affaiblies. Au Maroc, c'est exclu. Les patrons et leurs managers, orgueilleux et dominateurs, sont incapables de s'allier, partager, composer. Pour leur compliquer la tâche, il y a le droit, les tribunaux, le fisc, les banques…Il y a aussi les compressions d'effectif ou d'horaire. Là, nos partenaires sociaux parlent depuis dix ans de “flexibilité” jusqu'à user le mot, mais n'ont pas développé les filets sociaux et la formation continue pour les reconversions. Notre législation sociale reste fondée sur l'emploi à vie alors que les produits, les processus et donc les entreprises et les secteurs sont éphémères. A la crise, les syndicats résistent par le conflit jusqu'à tuer les entreprises qui auraient pu être redéployées. Parfois, on les comprend, car la facture de la crise est présentée aux seuls ouvriers et petits employés, jamais aux managers, publics ou privés. Ils sont responsables, mais ne subissent pas la crise dans leurs grosses voitures et leurs avantages en nature.La crise pointe sans que nous ayons les outils pour la gérer. On la voit d'abord sur la RAM et l'hôtellerie. Et ce n'est pas qu'une verrue à cautériser, c'est tout notre mode de management qui a besoin de chirurgie esthétique.Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc