×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    CYA

    Par L'Economiste| Edition N°:2869 Le 26/09/2008 | Partager

    Il faut reconnaître un mérite à Dounia Taarji: son aptitude à respecter les engagements. Elle avait promis une circulaire pour les analystes financiers dès la rentrée. C’est désormais chose faite. Les soubresauts de la Bourse soulignent l’importance de cette évolution qui, à la limite, fait partie du processus naturel de maturation du secteur. A quelque chose malheur est bon, nous avons la chance de profiter d’une jurisprudence internationale qui nous donne des idées d’ajustements avant que le mal ne soit fait. Que la profession se rassure, ce n’est pas son utilité qui est mise en cause. Les analystes financiers, de par la nature de leur métier, continueront d’alimenter la machine à fantasmes, pour le meilleur et pour le pire. Nous avons bien eu quelques chahuts au cours de ces dernières années (CGI, GSI...) qui auraient dû interpeller la corporation, mais il faut se garder de franchir le pas de la suspicion généralisée. Certes, le fait que beaucoup d’analystes travaillent pour des banques d’affaires, souvent concurrentes, présente un risque de conflit d’intérêts majeur. La circulaire n’en pouvait d’ailleurs en faire l’économie: juge et partie... c’est ce qu’il y a de mieux pour obérer l’objectivité des études, des avis. Dans le même ordre d’idées, il est tout aussi indispensable d’apporter des garanties sur une stricte séparation des activités analytiques et commerciales.A travers ce toilettage juridique, le Maroc est quelque part en train d’appliquer cette fameuse trouvaille américaine de l’après-Enron: CYA, acronyme de Cover your ass (protège tes fesses!). Ce qui veut dire qu’aujourd’hui à tous les niveaux, chacun est amené à assumer ses responsabilités. Analystes certes, mais aussi experts-comptables et sociétés émettrices. Plus de responsabilité, dans l’intérêt de tous.Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc