×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Crunch

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5857 Le 05/10/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Coup de froid, tempête… avec probablement quelques risques d’euphémisme, chacun trouvera le qualificatif qui lui sied le mieux pour décrire la conjoncture. L’interventionnisme de l’Etat a sans doute pu atténuer le massacre tant par les dispositifs d’aides directes et indirectes que par l’assouplissement d’obligations fiscales ou sociales.

Ce que montrent les différentes analyses que nous publions depuis plusieurs jours, c’est que les prochains mois pourraient être plus terribles encore, les premières estimations évaluant à 412 milliards de DH les pertes de chiffre d’affaires des entreprises.

Le bilan pourrait être plus lourd, les recettes n’étant pas de retour pour de nombreux pans économiques, les PME tout particulièrement, où les impératifs de distanciation compromettent le retour à une activité normale.

La plus grave menace est de devoir subir le diktat d’un tsunami qui touche plusieurs entreprises en même temps. Du coup, dans une réaction en chaîne, la crise des trésoreries continue de s’alimenter des pertes sur les crédits commerciaux.  S’en tenir à la question des liquidités reste en tout état de cause une grille de lecture optimiste.

Le rythme, l’intensité de dégradation, ainsi que la capacité de résilience des entreprises, conduisent d’ores et déjà à surveiller des symptômes plus graves et à fortes charges émotionnelles, telles que les fermetures et les faillites. Ce scénario sera décisif et pas seulement pour mesurer l’ampleur de la crise économique.

Si les défaillances d’entreprise se multiplient, il faudra alors s’inquiéter pour les menaces qu’elles pourraient porter dans les bilans des banques. Des banques à qui il est reproché aujourd’hui de ne pas ouvrir suffisamment les vannes.  Ce n’est qu’un avant-goût de ce que pourrait être véritablement le credit crunch tant redouté. Car dans ces conditions, c’est la possibilité même d’une crise financière qui serait posée.

 

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc